Les ovni en 1884 dans la presse

Ecrit par: Chrie6768le: 12-04-20092088 ClicsEnvoyer à un ami

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Nebraska State Journal, Nebraska, USA, le 7 juin 1884.

BENKELMAN, 7 juin. - un phénomène des plus remarquables s'est produit à environ 1 heure hier après-midi à un point à trente-cinq miles au nord-ouest de cet endroit. John W. Ellis, un ranchman bien connu, sortait son troupeau en compagnie de trois de ses ranchers et de plusieurs autres cowboys occupés au rassemblement annuel. Alors qu'ils montaient le long d'une ravine, ils ont entendu un bruit terrible, un rugissement, de quelque chose se précipitant, et en regardant vers le haut, ils ont vu ce qui a semblé être un météore flambant d'une taille immense tombant sous un angle vers la terre. Un moment plus tard il a frappé la terre hors de leur vue au-dessus de la rive. Grimpant les pentes raide de la colline, ils ont vu l'objet rebondir à un demi-mile de distance et disparaissent dans une autre ravine. Galopant vers lui avec toute la vitesse possible, ils ont été étonnés de voir plusieurs fragments de roues dentées et d'autres morceaux de machinerie se trouvant sur la terre, dispersés dans le sillon creusé par le visiteur aérien, incandescent d'une chaleur si intense que l'herbe a été roussie sur une longue distance autour de chaque fragment et rendant impossible de l'approcher. Venant au bord de la ravine profonde dans lequel l'objet étrange était tombé, ils s'y sont engagés pour voir ce que c'était. Mais la chaleur était si grande que l'air à son approche était quasiment enflammé et il a émis une lumière tellement brillante que le regard ne pouvait rester dessus pendant plus d'un instant.

Une idée de la chaleur peut être donnée par le fait que l'un dans le groupe, un cowboy nommé Alf Williamson, a tenu sans précaution sa tête exposée au-dessus de la rive, et en moins d'une demi minute il est tombé sans connaissance. Son visage s'est désespérément boursouflé et ses cheveux ont été brûlés légèrement à leurs racines. On dit que son état serait dangereux. La distance à l'aérolithe, ou quoi que cela ait été, étaient de presque 200 pieds. L'homme brûlé a été porté à la maison de M. Ellis, il a été soigné autant que les circonstances le permettaient et un docteur lui a été envoyé. Son frère, qui habite à Denver, vient juste d'être informé par télégraphe.

Constatant qu'il était impossible d'approcher le visiteur mystérieux, le groupe est revenu sur ses pas. Là où il a touché la terre pour la première fois, la terre était devenue sableuse et dénuée d'herbe. Le sable avait été fondu à une profondeur inconnue sur une surface d'environ vingt pieds de large par quatre-vingts pieds de long, et la substance fondue était bouillonnante et encore sifflante. Entre ceci et l'endroit de la chute finale il y avait plusieurs sortes de points où il a pris contact avec la terre, mais aucun n'était aussi bien marqué.

Constatant qu'il était impossible de faire la moindre investigation, M. Ellis est revenu à sa maison et a envoyé des messagers aux ranchs voisins. Quand la nuit est venue la lumière de l'objet merveilleux rayonné presque comme celle du soleil, et les visiteurs qui sont sortis pour le voir étaient entièrement incapable d'en supporter l'éclat.

Ce matin une autre visite a été faite sur les lieux. Dans le groupe se trouvait E. W. Rawlins, inspecteur de marquage pour cette zone, qui est arrivé ce soir à Benkleman, et à partir de qui une entière confirmation des circonstances particulières a été obtenue. Les parties plus petites de la machines dispersées s'étaient refroidies de sorte qu'elles aient pu être approchées, mais non manipulées. Une seule pièce qui a ressemblé à la pale d'une hélice d'un métal d'un aspect semblable au laiton, de seize pouces environ de large, de trois pouces d'épaisseur et de trois pieds et demi de long, a été ramassée à l'aide d'une pelle. Elle ne pèserait pas plus de cinq livres, mais semblait plus solide et compacte que tout métal connu. Un fragment d'une roue avec une jante fraisée, ayant eu apparemment un diamètre de sept ou huit pieds, a été également pris. Il a semblé être du même matériel et avait la même remarquable légèreté.

L'aérolithe, ou quoi que cela ait été, semblait avoir eu environ cinquante ou soixante pieds de long, cylindrique, et environ dix ou douze pieds de diamètre. Une grande excitation règne à proximité et le rassemblement est dans l'attente tandis que les cowboys attendent que la trouvaille merveilleuse refroidisse pour qu'ils puissent l'examiner.

M. Ellis est ici et prendra le premier train vers le Bureau des Terres avec l'intention de sécuriser les lieux sur lesquels la chose étrange se trouve, de sorte que son affirmation ne puisse pas être contestée.

Un groupe est parti d'ici pour la scène il y a une heure et voyagera toute la nuit. Le pays à proximité est plutôt sauvage et rugueux, et les routes à peine plus que des traînées. Télégraphierai tout détail particulier aussitôt que je les obtiendrais.




Lien direct:

Commentaires

Copyright ©2014 Vidéos Paranormal - Meilleur site Ovnis, Fantômes, Créatures. Tous droits réservés.